INSOLITE

Rollerski, ça roule, ça farte !

Quel bon prétexte pour parler de ski roues que de présenter cette route incroyable qui serpente à flanc de fjord près de Sandnes. 27 lacets plus connus en Norvège que les 21 virages de l’Alpe d’Huez ou les petits lacets de Montvernier en Savoie. Tous les étés, se profile sur cette route accrochée à la montagne, une épreuve des plus réputées de ski roues ou rollerski, la montée de Lysebotn pour le Blink Festival. Faisant partie d’une tournée scandinave avec le Toppidrettsveka (Knyken, région de Trondheim) et la Trollhättan Action Week (Suède, nord de Göteborg), ces 3 événements prennent une place importante dans le calendrier international. Il y a quelques années, cette épreuve gagnée par le fondeur français en 2012, Maurice Manificat, n’était qu’un moyen de conserver sa technique de fondeur jusqu’à la prochaine saison hiver et de se challenger sur cette montée raide et très exigeante.

©Photos : Blink/Atle Mork – Grim Berge – Roberto Tonusi – Swix Sport –  Dimitry Naumov/Alamy

Les 27 virages de la montée de Lysebotn

Le plateau de Tjodanpollen à 766 m d’altitude

La montée de Lysebotn

Un départ donné dans le village au bord du Lysefjord, puis après 2 lacets, un tunnel qui évite une barre rocheuse, cette route longue de 7,5 km pour un dénivelé de 640 m relie le parking de Kjerag… Une pente moyenne de 8,5% qui va mettre à mal tous les muscles des compétiteurs. Le rollerski, comme le skating sont des sports considérés comme les plus complets (voir ci-dessous). Fin de l’épreuve, mais pas fin de la route. Après quelques virages, celle-ci atteint le plateau de Tjodanpollen à 766 m d’altitude dans une ambiance très rude et minérale. Route qui relie ensuite la petite station alpine de Brokke et la vallée de Rysstad.

Rulleski (c’est du norvégien)

Le ski est profondément enraciné dans les traditions norvégiennes, tellement qu’une expression courante est “Nordmenn er født med ski på beina” (“Les Norvégiens naissent avec des skis aux pieds”). Toutes les disciplines sont pratiquées en hiver par les équipes nationales mais aussi par la plupart des norvégiens. Certaines stations restent ouvertes sur glacier l’été, mais avec le réchauffement, leur saison estivale s’est réduite à peau de chagrin. Alors, le ski roues s’est démocratisé. Cela surprend toujours la première fois quand on croise en Norvège, des amateurs de rollerski en pleine ville.

Cette pratique serait née au début du XXème siècle dans les pays scandinaves et serait arrivée en France dans les années 70 sous l’impulsion de l’équipe de France de ski de fond qui l’aurait utilisée pour peaufiner l’entraînement durant l’été 1971 avant les Jeux Olympiques d’hiver de Sapporo. On les aurait notamment vu également à Quiberon durant l’été 1973. Aujourd’hui, cette pratique n’est plus confidentielle mais reste accessible qu’aux fondeurs plus ou moins expérimentés. Martin Fourcade en fait la promotion en organisant tous les ans son Festival de biathlon au bord du Lac d’Annecy. Exactement comme en ski nordique, il existe 2 techniques différentes en ski roue avec chacune ses avantages et ses inconvénients, classique (appelée aussi “en double poussée”) avec des roues plus larges et skating, roues plus fines et plus grandes.

En Norvège, le rollerski se pratique à la campagne...

... comme en ville, ici au dessus d'Oslo.

Les intérêts du rollerski

L’intérêt principal du ski roue réside bien évidemment dans sa similitude avec le ski nordique et de maintenir sa condition physique en sollicitant les mêmes muscles. Pouvoir travailler sa technique et permettre de diminuer le temps d’adaptation à la reprise en hiver, pour retrouver plus rapidement les sensations de glisse. Et si vous vous attaquez à la montée des cols, il devient un sport très complet qui fera travailler le cardio.

Après quelques séances d’équilibre et d’appréhension des ski roues par le travail des chevilles, le plaisir arrive au même titre que celui de la glisse en skating. Pour en avoir fait, la difficulté majeure reste le freinage. Sur les routes plates et sur un bon revêtement, il se maîtrise assez facilement. Pas de dérapage possible, pas de freinage d’urgence, mais on peut ralentir progressivement. Quant aux descentes, mieux vaut avoir un sacré niveau technique pour maîtriser cet exercice.

En août 2021, Andrew Musgrave s’est imposé au sommet du col en double poussée.

Un calendrier très complet et du nouveau sur le circuit international

Le Blink Festival (Sandnes – No)
Rendez-vous estival incontournable de 3 jours dans le monde du nordique, qui tient en haleine tous les fans de rollerski et de biathlon. Début août, Gaute Kvaale s’impose chez les hommes en skating sur la montée de Lysebotn en 28’56 et chez les femmes, en 30 minutes et 45 secondes, Therese Johaug a battu le record de la montée. Sur les jours suivants, se disputent les épreuves en fond, sprint et poursuite et en biathlon, un super sprint et une mass-start.

La Toppidrettsveka (Trøndelag – No)
Du 19 au 21 août 2021, un programme digne d’un calendrier hivernal. Le premier jour, une mass-start classique de 55 kilomètres est au programme entre Jøsnøya et Hitra à partir de 18h20. Ensuite, le samedi matin, la montée de Brekka Opp aura lieu en skate puis en classique avant un sprint libre programmé en soirée dans les rues d’Aure. Enfin, le week-end se termine non pas à Trondheim comme de tradition mais à Knyken où se déroule un skiathlon en fin d’après-midi. Trøndelag dont est originaire un certain Johannes Hoesflot Klæbo. Sur ses terres, la superstar du ski de fond norvégien, au lendemain d’un succès plein de maîtrise lors du sprint d’Aure, a terminé le travail en remportant le skiathlon.

La Trollhättan Action Week (Göteborg – Sv)
Troisième événement estival phare de rollerski à être organisé en Scandinavie du 26 au 29 août . Après un tournoi de padel ou les championnats nationaux de VTT le week-end dernier, ce sont trois courses de skis à roulettes qui ont eu lieu en Suède de jeudi à samedi, malheureusement sans public, cette année.

La Visma Ski Classics, le circuit mondial de ski de fond longue distance
L’arrivée de deux nouvelles courses de rollerski, la Båstad-Mölle, prévue le 5 juin en Suède, 57 kilomètres cette année, a pour ambition d’organiser une course de 100 kilomètres d’ici trois ans. La Totenrullen, programmée le 19 juin en Norvège, de 50 kilomètres et également en style classique, se déroulera à Raufoss. Traditionnellement, elle attire de nombreuses stars du ski de fond, notamment parce que le fabricant de ski-roues IDT, qui travaille avec Johannes Hoesflot Klæbo ou Frida Karlsson, fait partie des organisateurs de la course.

La Coupe du Monde de Rollerski.
Un an après avoir dû annuler la quasi-totalité de son circuit phare de la saison estivale à cause de la pandémie de Covid-19, la FIS programme cette année une saison complète sur 4 week-ends en juillet à Banska Bystrica (Slovaquie) puis elle fera étape fin août à Otepää (Estonie) et Madona (Lettonie). Enfin, du 3 au 5 septembre, le circuit se terminera sur les pistes de ski-roues de Khanty-Mansiysk (Russie). Les championnats du monde sont prévus dans la Val di Fiemme (Italie) en septembre : un individuel skating, un sprint de 200 mètres, un team sprint et une mass-start libre au programme.

Martin Fourcade Nordic Festival : l’élite du biathlon mondial à Annecy
Le quintuple champion olympique Martin Fourcade a choisi Annecy pour créer le Martin Fourcade Nordic Festival  du 3 au 5 septembre. Cette rencontre permet de garder un lien fort avec les supporters et le monde du biathlon avec en prime, un concert de Gaëtan Roussel en ouverture.

No comment.

Les Norvégiennes montrent leurs muscles !

2013. Photo mythique sur les réseaux sociaux. Marit Bjoergen et Therese Johaug ont beaucoup sué sur les routes Italiennes. En stage une quinzaine de jours avec leurs coéquipières de l’équipe nationale, elles ont enchainé les séances d’entrainement…et de photos …avec notamment un test chronométré entre Castelrotto, 1000m d’altitude, et Alpe di Siusi à 1930 mètres. « C’est l’entrainement le plus difficile qu’elles ont eu cette année » déclare Age Skinstad, le chef du fond Norvégien. « Compliqué mais tout s’est bien passé pour les fondeuses, tout le monde semble bien motivé. »