INSOLITE

Lever de soleil et aurore boréale dans le tunnel de Lærdal

Rouler en norvège est un vrai plaisir. En hiver les routes sont blanches et enneigées mais l’obligation d’être chaussés de pneus à clous permet toutes les audaces! Et puis une route, ce n’est pas seulement une route. Elle est entrecoupée de ponts, de passerelles, de passage en ferry et…de tunnels! On ne s’ennuie jamais.

Lærdalstunnelen est le plus long tunnel routier au monde, 24,5 km reliant Lærdal à Aurland dans le comté de Sogn og Fjordane à l’ouest de la Norvège, route qui relie Oslo à Bergen. Sa construction débute en 1995 et s’achève en 2000. C’est une construction tout à fait originale à plusieurs titres.

Lors d’un séjour en 2018, nous l’avons pris à deux reprises, la première pour découvrir la région, Flåm, le fjord et la passerelle de Stegastein, la seconde pour rendre visite à notre collègue à l’hôpital de Bergen. C’est donc à 4 reprises que l’on l’avons emprunté. Une conception du tunnel originale et astucieuse qui prend en compte la contrainte de la traversée pour les conducteurs, poids lourds en transit, locaux ainsi que les touristes en hiver. Car en été, la route par la montagne, plus longue est carrément plus grandiose. Aussi, le tunnel est divisé en quatre sections séparées par trois grandes cavernes creusées dans la montagne, qui cassent une forte routine, fournissant une vue apaisante et lumineuse reproduisant une aurore boréale, et permettent de faire demi-tour. En outre, il existe plusieurs points d’arrêt dans le tunnel.

Autre originalité, il est totalement gratuit. Si l’on devait comparer avec les tarifs en France, comme notre beau et long tunnel du Fréjus, un passage en voiture coûterait 87 euros et pour un bus 637 euros.

RETOUR SUR UN CHANTIER BIEN PENSÉ

Un total de 2 500 000 mètres cubes de roche a été extrait du tunnel pendant sa construction de 1995 à 2000. La conception du tunnel tient compte de la fatigue des conducteurs, de sorte que le tunnel est divisé en quatre sections, séparées par trois grandes grottes de montagne à intervalles de six kilomètres. Alors que le tunnel principal est éclairé en blanc, les grottes sont éclairées en bleu avec des lumières jaunes à la périphérie pour donner l’impression d’un lever de soleil ou d’une aurore boréale. Les grottes ont pour but de rompre la routine, en offrant une vue rafraîchissante et en permettant aux conducteurs de prendre un court repos. Les grottes sont également utilisées comme points permettant de faire demi-tour, comme zones de repos et pour aider à limiter la claustrophobie pendant le trajet qui prend environ vingt minutes. Tous les kilomètres, un panneau indique quelle distance a déjà été parcourue, et combien il reste à parcourir. Pour empêcher les conducteurs d’être inattentifs ou de s’endormir, chaque voie est munie d’une bande rugueuse.

Il n’existe pas un second tube et il n’a pas d’issues de secours. Des extincteurs sont placés tous les 125 mètres. Chaque fois qu’un téléphone d’urgence est utilisé dans le tunnel ou qu’un extincteur est retiré de son support, des feux d’arrêt et des panneaux électroniques indiquant : « snu og køyr ut » (en français : « faites demi-tour et sortez ») s’activent dans tout le tunnel. En outre, deux autres panneaux électroniques situés de chaque côté de l’entrée indiquent : « tunnelen stengt » (en français : « Tunnel fermé »). Des radars ont été installés en raison des excès de vitesse importants (il y a très peu d’autres routes complètement droites dans la région.

ET QUE FAIT-ON DES REJETS TOXIQUES ?

La qualité de l’air dans le tunnel est entretenue de deux façons : par la ventilation et la purification. De grands ventilateurs aspirent l’air des deux entrées, et l’air pollué est expulsé par le tunnel de ventilation vers Tynjadalen. Le tunnel de Lærdal est le premier au monde à être équipé d’une station de traitement de l’air, située dans une caverne de 100 mètres de large. L’usine élimine à la fois la poussière et le dioxyde d’azote de l’air du tunnel.

LES PLUS GRANDS TUNNELS DU MONDE

À PROXIMITÉ